Musique traditionnelle

Musique populaire (ce qui signifie qu'elle est comprise et appréciée par tout le monde) faite avec des instruments d'époque, qui s'est souvent transmise de génération en génération mais qui peut aussi déborder la communauté. Ainsi, la musique traditionnelle irlandaise englobe différents genres de chants ou de musiques instrumentales qui sont jouées par les Irlandais vivant en Irlande ou dans d'autres contrées, ou même, de nos jours, par des gens d'autres nationalités.

Essentiel

La musique traditonnelle prend appui sur l'oralité et s'apprend par oreille. Elle s'imprime dans la mémoire collective sans passer par l'écriture et la copie. Voici la formule de sa réussite, telle que décrite par Gilles Rougeyrolles:

«Le répertoire traditionnel est constitué de nombreux chants à structures simples et répétitives. La structure de base de beaucoup d'airs traditionnels est souvent de type AA/BB, A et B étant les phrases musicales. Cette structure est répétée autant de fois que le désirent le musicien ou les danseurs. En effet, la musique de tradition orale est largement destinée à faire danser. L'expression des morceaux joués est étroitement liée au mouvement induit par la danse. Une autre catégorie d'airs, plus restreinte dans les régions observées, concerne les chants de travail (moissons, fauches, labours…). Une fonction précise est donc souvent sous-jacente dans tous ces airs de tradition orale. Bien évidemment, il existe des chants échappant à cette dimension fonctionnelle (chants d'amour, regrets, complaintes...). Dans le cas des morceaux destinés à faire danser, le musicien les interprètera en introduisant le maximum de cadence. Tel peut se résumer l'objectif prioritaire de musiciens de bals populaires.»

Essentiel

La musique traditonnelle prend appui sur l'oralité et s'apprend par oreille. Elle s'imprime dans la mémoire collective sans passer par l'écriture et la copie. Voici la formule de sa réussite, telle que décrite par Gilles Rougeyrolles:

«Le répertoire traditionnel est constitué de nombreux chants à structures simples et répétitives. La structure de base de beaucoup d'airs traditionnels est souvent de type AA/BB, A et B étant les phrases musicales. Cette structure est répétée autant de fois que le désirent le musicien ou les danseurs. En effet, la musique de tradition orale est largement destinée à faire danser. L'expression des morceaux joués est étroitement liée au mouvement induit par la danse. Une autre catégorie d'airs, plus restreinte dans les régions observées, concerne les chants de travail (moissons, fauches, labours…). Une fonction précise est donc souvent sous-jacente dans tous ces airs de tradition orale. Bien évidemment, il existe des chants échappant à cette dimension fonctionnelle (chants d'amour, regrets, complaintes...). Dans le cas des morceaux destinés à faire danser, le musicien les interprètera en introduisant le maximum de cadence. Tel peut se résumer l'objectif prioritaire de musiciens de bals populaires.»

Articles


Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ