Chapleau Joseph-Adolphe

09 / 11 / 1840-13 / 06 / 1898
«Né à Sainte-Thérèse, le 9 novembre 1840, fils de Pierre Chapleau, maçon, et de Zoé Sigouin.

Fit ses études au collège Masson à Terrebonne et au séminaire de Saint-Hyacinthe. Étudia le droit à Montréal auprès de Mes Ouimet, Morin et Marchand. Admis au barreau du Bas-Canada le 2 décembre 1861. Créé conseil en loi de la reine le 28 février 1873. Docteur en droit de l'université Laval en 1878.

Exerça sa profession d'avocat à Montréal. Fut associé aux avocats Gédéon Ouimet, Joseph-Alfred Mousseau, Edward Brock Carter, Levi Ruggles Church, John Smythe Hall, Albert William Atwater et Charles Laplante dit Champagne ainsi qu'à Mes Moreau, Archambault, Nicolls et Brown. Fut le défenseur du métis Ambroise Lépine à Winnipeg en 1874. Professeur de droit criminel à l'université Laval à Montréal de 1878 à 1885 et professeur titulaire de droit international de 1885 à 1898.

Élu sans opposition député conservateur dans Terrebonne en 1867. Réélu en 1871. Candidat conservateur défait dans Verchères aux élections fédérales de 1872. Son siège devint vacant le 27 février 1873 lors de sa nomination comme solliciteur général, puis fut réélu sans opposition à l'élection partielle du 12 mars 1873. Solliciteur général dans le cabinet Ouimet du 27 février 1873 au 8 septembre 1874. De nouveau élu en 1875. Son siège devint vacant à la suite de sa nomination au cabinet; fut réélu sans opposition à l'élection partielle du 10 février 1876. Assermenté ministre sans portefeuille dans le cabinet Boucher de Boucherville le 24 janvier 1876. Secrétaire et registraire de la province dans le même cabinet du 25 janvier 1876 au 8 mars 1878. Chef du Parti conservateur en 1878. De nouveau élu en 1878. Chef de l'Opposition du 1er mai 1878 au 31 octobre 1879. Il démissionna comme député, en octobre 1879, lorsqu'il fut appelé par le lieutenant-gouverneur à former le nouveau cabinet. Fut réélu sans opposition à l'élection partielle du 13 novembre 1879. Premier ministre et président du Conseil exécutif du 31 octobre 1879 au 29 juillet 1882. Commissaire de l'Agriculture et des Travaux publics du 31 octobre 1879 au 5 juillet 1881. Commissaire des Chemins de fer du 10 octobre 1880 au 5 juillet 1881. Élu sans opposition aux élections de 1881. Son siège devint vacant lorsqu'il fut nommé membre du Conseil privé le 29 juillet 1882. Élu sans opposition député conservateur à la Chambre des communes dans Terrebonne à l'élection partielle du 16 août 1882. Secrétaire d'État dans le cabinet Macdonald du 29 juillet 1882 au 6 juin 1891. Réélu en 1887 et 1891. Secrétaire d'État dans le cabinet Abbott du 16 juin 1891 au 24 janvier 1892 et ministre des Douanes du 25 janvier au 24 novembre 1892. Refusa d'entrer au cabinet Thompson en 1892. Résigna son mandat le 5 décembre 1892, à la suite de sa nomination comme lieutenant-gouverneur de la province de Québec, fonction qu'il occupa du 12 décembre 1892 au 20 janvier 1898. Refusa également d'entrer dans le cabinet Tupper en 1896.

Directeur de la Laurentides Railway Co. et de la Pontiac & Pacific Railway Co. En 1862 et 1863, il fut propriétaire du journal le Colonisateur avec Ludger Labelle, Joseph-AlfredMousseau, Laurent-Olivier David, D. Ricard, L.-W. Tessier, L.-O. Fontaine et Louis-Victor Sicotte. Actionnaire et directeur politique du journal la Minerve. Bailleur de fonds pour le journalla Presse, et puis directeur politique. Promoteur et vice-président du Crédit foncier franco-canadien. Directeur du Crédit foncier du Bas-Canada et de la Banque d'épargne de la cité et du district de Montréal. Dernier président de l'Institut canadien-français de Montréal. Membre du St. James Club, du Club de la garnison de Québec et du Club Rideau d'Ottawa. Créé commandeur de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand en 1881, commandeur de la Légion d'honneur le 10 novembre 1882 et chevalier commandeur de l'ordre de Saint-Michel et Saint-George le 20 mai 1896. Membre du conseil de l'université Laval à Montréal de 1893 à 1898.

Décédé à Montréal, le 13 juin 1898, à l'âge de 57 ans et 7 mois. Inhumé à Montréal, dans le cimetière Notre-Dame-des-Neiges, le 16 juin 1898.

Avait épousé à Sherbrooke, dans la paroisse Saint-Michel, le 25 novembre 1874, Marie- Louise King, fille de Charles King, lieutenant-colonel et major de brigade, et de Bessie Harrington.»

Source : Joseph-Adolphe Chapleau (Les parlementaires depuis 1792, Assemblée nationale du Québec)

Articles





Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.