Brissa Christiane

27 février 1945

"Christiane Brissa (Ougrée, 1945) est parfaitement consciente du lourd héritage sémantique qu’elle manie avec ses motifs floraux. Férue de littérature, elle assume ces connotations multiples, sans pour autant en faire une finalité absolue. Leurs sens symboliques potentiels ne sont pas occultés, ils sont simplement secondaires. D’ailleurs, il ne s’agit pas des seuls thèmes qui retiennent son attention : les fruits, les oiseaux, le paysage peuvent également l’occuper au gré de son inspiration. Les choix de motifs à réaliser relèvent d’une longue maturation, d’une « nécessité qui point lentement » dit-elle et qui a besoin d’être patiemment élaborée. Le thème, une fois adopté, déclenche souvent un travail en série, dans laquelle chaque tableau répond à l’ensemble, tout en conservant une autonomie propre.

Les motifs sont alors occasion d’adroites constructions qui exploitent les possibilités intrinsèques de la peinture. Les formes sont longuement décantées, pour aboutir à une épuration, à une simplification à la lisière de l’abstraction, où la bidimensionnalité le dispute en permanence à la tridimensionnalité. Des toitures de maisons, traversés d’une percée de lumière, peuvent ainsi passer pour de pures déclinaisons géométriques. La peinture est ainsi amenée au point d’équilibre entre ses deux réalités, celle d’objet et celle de représentation. Christiane Brissa dit se livrer à une lente décoction des formes afin d’arriver a ce qu’elle appelle« L’authenticité du motif» . Comme la Fleur des artistes Symbolistes de la fin du XIXe° siècle, ses peintures comprennent à la fois un élément figuré, singulier, et la totalité du spectre d’évocations affectives et sémantiques qu’il recense. Sa fleur est à la fois une fleur et toutes les fleurs possibles.

Ainsi épuré, le motif partage la primauté avec les rapports entre les couleurs, les effets de texture. Ceux-ci sont de préférence mats, râpeux, résultats de l’application d’acrylique sur des panneaux, afin d’accrocher la lumière et d’affirmer leur matérialité picturale. La touche est tantôt discrète, tantôt diluée et aérienne. La déclinaison sérielle des thèmes contribue à la création d’une partition visuelle aux capacités d’évocations multiples. Cette répétition d’un motif, ce désir d’en épuiser toutes les possibilités, trahit peut-être une angoisse de la disparition des choses. Et avec le corollaire de cette angoisse : le besoin d’en conserver, si pas les états éphémères, au moins le souvenir le plus affûté possible des émotions intenses qu’elles peuvent générer."

d'après Pierre-Olivier ROLLIN, Historien d’Art, Chef de secteur des Arts Plastiques de la province du Hainaut (BE)

Articles





Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.