Botox


La toxine botulique ou botox est produite par la bactérie Clostridium botulinum laquelle est une molécule paralysante et le plus puissant poison connu à ce jour. Les ophtalmologistes l'utilisent depuis 1973 pour le traitement du strabisme notamment. En 1988, une ophtalmologiste de Vancouver, le Dre Jean Carruthers, remarqua qu'après une injection de Botox pour traiter le blépharospasme, ses patients avaient moins de rides à cet endroit. Il se trouve que le botox paralyse les muscles produisant les rides. Avec l'aide de son mari, le Dr Alastair Carruthers, dermatologue, elle mit par la suite au point des techniques d'injection pour réduire les rides causées par l'expression musculaire réflexe.

Un visage traité au botox ne perd-il pas ainsi son expressivité? La chose est évidente, même si elle n'apparaît pas toujours dans la listes des effets indésirables. Il semble désormais tout aussi évident que le traitement au botox nuit à la perception de l'expression des sentiments d'autrui. Voici une personne dont les muscles provoquant le froncement de sourcils ont été paralysés au botox. Selon une étude rapportée dans la revue Psychological Science de juin 2010, les personnes ainsi traitées ne comprennent qu'après les autres des phrases, tristes ou inquiétantes, qui provoquent normalement un froncement de sourcils. L'interprétation la plus vraisemblable de ce fait est la suivante : notre perception d'un sentiment, exprimé dans une phrase correspondant normalement à un mouvement du visage, est déterminée au moins partiellement par notre aptitude à reproduire ce mouvement, en l'occurrence un froncement de sourcils. Une interprétation plus large du même fait nous ramène à la théorie de la « cognition incarnée » selon laquelle tous nos processus cognitifs même ceux que l'on avait l'habitude de considérer comme très abstraits sont enracinés dans des processus corporels de perception, d'action et d'émotion. Il n'y a pas de consensus sur cette théorie qui pourrait impliquer que le cerveau n'a pas le monopole de la connaissance.

Pour éviter le traitement au botox en dehors des situations extrêmes, telle une brûlure au visage, il devrait suffire de savoir qu'il paralyse des muscles servant à l'expression des sentiments. Puisqu'il nuit en outre à la perception de l'expression des sentiments d'autrui et devient ainsi un facteur de désincarnation, y recourir sans nécessité est un acte de déshumanisation.

http://www.faceautemps.ca/index.php/botox/informations

Articles





Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.