Bocage

Le Larousse du XXe siècle en six volumes (éd. 1932) nous en fournit la définition suivante de cette réalité géographique typiquement française: "nom donné par les géographes à un type de paysages où les parcelles d'exploitation, terres ou prairies, sont séparées par des haies vives où poussent de hauts arbres; de là, même pour un pays dépourvu de forêt, un aspect boisé. Ce type se trouve dans tous les terrains archéens et granitiques, et d'une façon générale dans tous les terrains imperméables. On connaît surtout le bocage normand (pays de Vire et Cotentin), le bocage breton, le bocage vendéen. C'est le pays propices aux surprises et aux guerres de partisans: la difficulté de la circulation y a permis la longue durée de la guerre de Vendée pendant la Révolution. Les habitants des bocages sont appelés bocains en Normandie, bocageons, bocagnons ou bocagers en Vendée."

* * *



"Parce qu’ils ont été façonnés par les sociétés humaines au cours de l’histoire, les paysages de bocage présentent une grande diversité: • diversité d’éléments (haies, talus, fossés),
• diversité de structure de végétation de haies, les arbres et arbustes peuvent être taillés de façon très diverses, selon les régions et les usages du bois. Coupe en cépée pour les piquets, émondage pour le bois de chauffage, arbre de haut-jet pour le bois de construction.
• diversité d’organisation spatiale de ces éléments, les maillages bocagers
• une diversité de fonctions reconnues simultanément ou successivement au cours de l’histoire. La constitution de clôtures marquant une appropriation individuelle ou collective, le creusement de fossés pour contrôler la circulation de l’eau ou la plantation d’arbres pour produire du bois ont pu être parmi les premières fonctions. Les fonctions esthétiques ou de préservation de la biodiversité sont sans doute plus tardives, mais résultent de l’histoire des pratiques et des colonisations successives par les plantes et les animaux au cour du temps."
Les bocages: une diversité de paysages à aménager et à gérer (Nature et paysages)
© Ministère de l'Écologie et du Développement durable, France
Reproduit avec l'autorisation du MEDD

Enjeux

La protection des bocages

"Il faut gérer, faire évoluer cette diversité de situations pour diverses raisons: 1) protection des ressources (sols et eau),
2) protection des cultures,
3) gestion de la biodiversité,
4) gestion d’un patrimoine culturel. Pour cela, il faut en comprendre la dynamique (comment naît cette diversité, quels sont les facteurs d’évolution, quels sont les espaces et les pas de temps à prendre en compte dans la gestion, l’aménagement des paysages ?), comprendre leur rôle social actuel. Les paysages de bocage ont généralement une diversité biologique élevée, ils constituent également l’un des paysages préférés des français. Pour les conserver il faut les gérer en prenant compte les relations entre la nature, les activités humaines et les dimensions culturelles.

La faune ou la flore d’une haie, son rôle climatique (brise-vent) ou ses fonctions de drainage ou de lutte contre l’érosion, varient selon la place de la haie dans le réseau bocager et, souvent, selon l’utilisation de la parcelle adjacente.

Biodiversité:

Au niveau de la haie, la structure de la végétation joue un rôle essentiel. Un couvert dense d’arbres et arbustes donne une ombre qui permet à certaines espèces de la forêt de prospérer, à l’inverse un couvert lâche permet l’installation de plantes de lumière, comme les plantes prairiales pour qui le talus est souvent le seul habitat disponible. La diversité des haies est le principal facteur de maintien de la biodiversité. Des observations faites dans une petite région de Bretagne font ressortir qu’il faut plus de 300 haies pour abriter l’ensemble des espèces végétales présentes. D’une façon générale, les haies sont des éléments de paysages offrant un refuge aux espèces ne pouvant survivre dans les espaces perturbés par les pratiques agricoles de production.

Au niveau du réseau de haies
, certaines espèces (plantes, insectes marcheurs, petits mammifères, oiseaux…) utilisent l’abri offert par les haies pour se disperser ou se déplacer. Le réseau a un rôle de corridor. Plus que la longueur totale de haies, l’existence d’un réseau continu est essentiel au plan biologique.

Au niveau du bocage
, il existe, pour les oiseaux, les insectes, des complémentarités entre la haie qui offre un abri, un perchoir et les parcelles environnantes qui sont sources de nourriture. La coexistence de petites et de grandes parcelles présente une variété d’habitats.

On conçoit aisément que l’aménagement doit être pensé comme un tout au niveau d’un paysage, d’une petite région.

Protection des sols et des eaux

Haies et talus sont essentiels pour le bon fonctionnement des sols et de l’eau qui y circule. Un réseau combinant des haies avec fossé perpendiculaire à la pente, ayant donc un rôle de barrière pour l’eau et le sol érodé et des haies parallèles à la pente ayant un rôle de drain est nécessaire. Les haies situées en bordure des zones humides ont un rôle clef dans le contrôle des crues. Ces haies sont aussi susceptibles d’être des freins à la circulation des pesticides et engrais minéraux tels que le phosphore et l’azote.

Modalités de gestion

Les travaux récents sur la gestion des haies et talus par les agriculteurs font ressortir la grande diversité des pratiques, diversité en fonction de l’utilisation de la parcelle (on garde des haies plus denses autour des prairies permanentes) mais aussi des choix des agriculteurs.

On voit aussi se développer de nombreuses initiatives de replantations, dépendant souvent des Conseils Généraux, et de gestion mécanique des haies, par des groupes d’agriculteurs ou des collectivités locales.

On parle beaucoup de développement durable, de programmes agri-environnementaux, du rôle paysager de l’agriculture. Les recherches sur les haies et les bocages soulignent l’étroite imbrication des fonctions de production et des fonctions environnementales des agriculteurs. Ceci doit conduire à des plans de développement intégrant l’ensemble de ces fonctions pour des groupes d’exploitations agricoles gérant un territoire."

Les bocages: une diversité de paysages à aménager et à gérer (Nature et paysages)
© Ministère de l'Écologie et du Développement durable, France
Reproduit avec l'autorisation du MEDD

Articles


Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.