Bibliophile

Essentiel

«Le premier trait caractéristique du bibliophile est d’être celui qui conserve : c’est là sa mission primordiale. Cependant il ne conserve pas au hasard un énorme amas de livres; le bibliophile véritable est celui qui choisit; mais il n’affecte pas, dans son choix, l’attitude passive de la plupart des lecteurs, qui se laissent conduire par les circonstances et l’opinion; lui, ne peut se fier au succès momentané, c’est le durable qui l’intéresse. Il doit pressentir, devancer le succès; risquer afin de ne pas laisser échapper l’occasion d’enrichir sa bibliothèque et ne point se tromper afin de ne pas l’encombrer de non-valeurs. C’est cet instinct du fureteur et du dénicheur que l’on a reconnu et appelé le flair du bibliophile. Avec ce goût et cet instinct, il fait le premier choix; il sauve les uns et élimine les autres; il est le juge. Il ne sépare pas seulement, il classe : il établit une échelle des valeurs, mais selon la pure joie de la beauté; il prononce pour lui seul, sans souci de plaire ou de déplaire; il donne audience aux glorieux comme aux méconnus. C’est lui qui a recueilli, en dépit de l’opinion des siècles, les poésies de Ronsard, et nous les a conservées. C’est par lui qu’ont été devinés Stendhal, Gérard de Nerval, Baudelaire, Rimbaud, Claudel, Valéry et tant d’autres. Aussi est-ce dans tels ou tels catalogues de bibliophiles que se trouvent, mieux que partout ailleurs, les arrêts du goût littéraire.» (d’après Léon Delamarche, «Le bibliophile est le Juge», L’Éclair, 12 novembre 1923) – source: Chronique des lettres françaises, no 6, novembre-décembre 1923, p. 844.

Essentiel

«Le premier trait caractéristique du bibliophile est d’être celui qui conserve : c’est là sa mission primordiale. Cependant il ne conserve pas au hasard un énorme amas de livres; le bibliophile véritable est celui qui choisit; mais il n’affecte pas, dans son choix, l’attitude passive de la plupart des lecteurs, qui se laissent conduire par les circonstances et l’opinion; lui, ne peut se fier au succès momentané, c’est le durable qui l’intéresse. Il doit pressentir, devancer le succès; risquer afin de ne pas laisser échapper l’occasion d’enrichir sa bibliothèque et ne point se tromper afin de ne pas l’encombrer de non-valeurs. C’est cet instinct du fureteur et du dénicheur que l’on a reconnu et appelé le flair du bibliophile. Avec ce goût et cet instinct, il fait le premier choix; il sauve les uns et élimine les autres; il est le juge. Il ne sépare pas seulement, il classe : il établit une échelle des valeurs, mais selon la pure joie de la beauté; il prononce pour lui seul, sans souci de plaire ou de déplaire; il donne audience aux glorieux comme aux méconnus. C’est lui qui a recueilli, en dépit de l’opinion des siècles, les poésies de Ronsard, et nous les a conservées. C’est par lui qu’ont été devinés Stendhal, Gérard de Nerval, Baudelaire, Rimbaud, Claudel, Valéry et tant d’autres. Aussi est-ce dans tels ou tels catalogues de bibliophiles que se trouvent, mieux que partout ailleurs, les arrêts du goût littéraire.» (d’après Léon Delamarche, «Le bibliophile est le Juge», L’Éclair, 12 novembre 1923) – source: Chronique des lettres françaises, no 6, novembre-décembre 1923, p. 844.

Articles


Le bibliomane

Denis Diderot

En bouquinant

Gabriel Marc
En bouquinant sur les quais parisiens...

L'âme du bibliophile

Remy de Gourmont



Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ