Pisanello Antonio

c.1395-1455
Vérone était au XVe siècle un des hauts lieux de l'art dans l'Italie septentrionale. C'était en outre un lieu d'intersection au coeur de la vallé padouane entre les courants d'arts venus de Toscane et les tendances issues des pays au nord des Alpes. La cité padouane avait été sous la tutelle des Visconti qui controlaient également la Lombardie, région éminemment réceptive à l'art courtois des cours princières au-delà des Alpes.

Né probablement à Vérone vers 1395, d'un père pisan et d'une mère véronaise, Pisanello reçut vraisemblablement sa première éducation artistique dans l'atelier du maître Stefano de Verone. Stefano da Verona fit lui-même son apprentissage dans les ateliers des maîtres lombards à l'époque ou Giovanni da Grassi et Michelino da Bezzozo étaient actifs. Les premières oeuvres de Pisanello témoigne d'influences «stéfanesques» et la similitude des styles rend extrêmement difficile l'attribution de certaines oeuvres dont la célèbre Madone à la caille, (Musée de Castelvecchio, Vérone).

Vers 1415-1422, il est invité par Gentile da Fabriano à travailler sur les fresques de la salle au palais de Doges à Venise. Il se rend par la suite à Mantoue sur l'invitation des Gonzague pour lesquels il travaillera à différentes reprises de 1422 à 1426. C'est de cette époque que date la première oeuvre connue, l'Annonciation qui fait partie du décor du monument Brenzoni à Vérone conçu par un ancien collaborateur de Donatello, le Florentin Nanno di Bartolo, dit Il Rosso.

Des liens étroits continuent de se développer entre Pisanello et da Fabriano qui travailleront de concert à plusieurs reprises jusqu'à la mort à Rome en 1427 du peintre aîné qui léguera à Pisanello les équipements de son atelier. L'histoire a occulté l'importance du travail de Gentile qui aura une influence aussi bien sur son élève que sur des artistes vénitiens tel Jacopo Bellini ou bien encore Fra Angelico qui fut son véritable héritier. Il semblerait que Pisanello eut l'occasion de travailler sur plusieurs chantiers dirigés par Gentile à Florence de même qu'à Rome. C'est à nouveau Pisanello qui complètera les fresques inachevées du maître dans la basilique Saint-Jean de Latran.

Articles





Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.