Anecdote

Propos intéressant, sur des sujets le plus souvent connus de l’auditeur : des événements, grands ou petits, ou des personnes, les unes célèbres, les autres familières. L’anecdote est censée être supplétive, elle s’ajoute à une connaissance plus générale déjà acquise, ce qui permet une économie de détails renforçant l’effet produit. Elle est habituellement racontée en aparté, pour marquer une pause dans un exposé, ou donnée en exemple, pour renforcer un argument.

Dans un second sens, dérivé du premier, l’anecdote est un court récit ou le prétexte à un court récit présumément vécu de son conteur. Récit marqué par la quotidienneté — mais non pas nécessairement par la banalité —, en opposition à l’aventure.

Par extension, tout fait vécu relevant du quotidien est dit anecdotique. En ce sens, l’anecdote s’oppose à l’événement.

Essentiel

Louis-Philippe Robidoux, dans sa contribution à la séance de juin 1954 de la Société royale du Canada, dit ceci de l’anecdote :

Comme [elle] n’est pas, à proprement parler, un genre littéraire, les censeurs n’ont pas cru nécessaire de lui assigner des règles strictes et rigides. Elle peut donc couvrir une ou plusieurs pages d’un livre, comme elle peut occuper un beau discoureur durant une heure ou durant quelques secondes. L’essentiel, c’est qu’elle soit intéressante, qu’elle raconte un instant de vie, qu’elle découvre un trait du caractère de celui qui en est l’objet ou de celui qui la raconte; bref, l’essentiel, c’est qu’elle porte. [L’Agora]

Sans pour autant lui être nécessaire, ce piquant de l’anecdote est la condition ordinaire de son succès et le gage de sa pérennité. Comme en effet l’anecdotique subsiste en deçà de l’historiographie officielle, le plus souvent dans la culture orale, érudite ou populaire, les qualités mnémoniques de l’anecdote sont déterminantes. Et le plus simple est encore qu’elle frappe l’imagination de belle façon.

La forme brève de l’anecdote favorise son emploi, et la facilité avec laquelle on la mémorise, son réemploi. Sous certaines conditions, l’anecdote atteindra donc un large public, et la mémoire d’un événement s’en trouvera plus sûrement préservée. (L’anecdote, cependant, ne prête aucune allégeance : certains recueils d’anecdotes ont servi de contre-histoires.)

Moment rhétorique — exemple, aparté, lien ou chute —, l’anecdote a une utilité maintes fois démontrée. Son évocation provoque une trouée, et l’espace ainsi dégagé permet de jouer avec les registres de langue. Ce jeu introduit dans le discours une dimension empathique sans laquelle l’anecdote ne saurait obtenir l’effet escompté.

Essentiel

Louis-Philippe Robidoux, dans sa contribution à la séance de juin 1954 de la Société royale du Canada, dit ceci de l’anecdote :

Comme [elle] n’est pas, à proprement parler, un genre littéraire, les censeurs n’ont pas cru nécessaire de lui assigner des règles strictes et rigides. Elle peut donc couvrir une ou plusieurs pages d’un livre, comme elle peut occuper un beau discoureur durant une heure ou durant quelques secondes. L’essentiel, c’est qu’elle soit intéressante, qu’elle raconte un instant de vie, qu’elle découvre un trait du caractère de celui qui en est l’objet ou de celui qui la raconte; bref, l’essentiel, c’est qu’elle porte. [L’Agora]

Sans pour autant lui être nécessaire, ce piquant de l’anecdote est la condition ordinaire de son succès et le gage de sa pérennité. Comme en effet l’anecdotique subsiste en deçà de l’historiographie officielle, le plus souvent dans la culture orale, érudite ou populaire, les qualités mnémoniques de l’anecdote sont déterminantes. Et le plus simple est encore qu’elle frappe l’imagination de belle façon.

La forme brève de l’anecdote favorise son emploi, et la facilité avec laquelle on la mémorise, son réemploi. Sous certaines conditions, l’anecdote atteindra donc un large public, et la mémoire d’un événement s’en trouvera plus sûrement préservée. (L’anecdote, cependant, ne prête aucune allégeance : certains recueils d’anecdotes ont servi de contre-histoires.)

Moment rhétorique — exemple, aparté, lien ou chute —, l’anecdote a une utilité maintes fois démontrée. Son évocation provoque une trouée, et l’espace ainsi dégagé permet de jouer avec les registres de langue. Ce jeu introduit dans le discours une dimension empathique sans laquelle l’anecdote ne saurait obtenir l’effet escompté.

Articles





Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ