Agriculture

«On entend par ce terme l'art de cultiver la terre & de la faire fructifier; on comprend aussi par-là la science du gouvernement oeconomique de tous les biens de Campagne. Cette science est d'une plus grande conséquence que bien des gens ne s'imaginent, car l'Agriculture a des rapports avec toutes les parties de l'État: il n'y en a qui n'en dépende, & qui ne lui doive son origine & ses progrès, Alimens, Population, Arts, Commerce, Navigation, Armées, Revenus, Richesses tout marche à la suite de l'Agriculture. Plus elle est florissante, plus un État a de ressources & de vigueur.»
source: L'Agronome (1764)

Cette définition ne retrouve-t-elle pas toute sa pertinence en ce moment? Certes, l'agriculture n'est plus la mesure de la richesse d'un pays, mais l'on commence à comprendre qu'il n'y a pas de pays sans paysages, ni de paysages sans paysans.(J.D.)

Essentiel

Si Wendel Berry aux États-Unis, Bernard Charbonneau, en France, défendent tous les deux un mode paysan d’agriculture, c’est d’abord parce qu’ils éprouvent un attachement charnel à la beauté, à l’harmonie et à la diversité des paysages qu’elle produit. Plus profondément encore, s’ils considèrent que la question du devenir industriel de l’agriculture pose à tous les hommes de ce temps une question essentielle, c’est parce que la pensée du chrétien Berry et celle de l’agnostique Charbonneau sont nourries d’une même exigence spirituelle: à savoir qu’il ne saurait y avoir de liberté qu’incarnée; c’est en s’incarnant que la liberté est portée à son plus haut point; c’est dans les tâches apparemment les plus humbles que doivent prendre corps les aspirations de l’esprit, c’est pourquoi la forme et les modalités de la relation que l’homme entretient avec la terre ne doivent pas être abandonnées aux seules lois de l’efficacité technique et de la rentabilité. Ces deux auteurs nous invitent plutôt à juger le devenir industriel et technicien de l’agriculture en fonction des conséquences qui en résultent pour la totalité de la personne. C’est pourquoi tous les deux n'hésitent pas à aborder le problème agricole du point de vue de la vie quotidienne sensible. C’est l’attention à cette expérience sensible et la conviction qu’elle est une des dimensions essentielles de la vie humaine qui les portent à remettre en question l'industrialisation agricole et à critiquer les modes de pensée technocratique qui la légitiment. C’est ainsi que dans un chapitre de What are people for?intitulé The pleasure of eating, Wendell Berry montre que plutôt que la science, ce sont les sens qui fournissent la porte d’accès à une relation équilibrée entre la pensée et le monde. On retrouve exactement la même démarche chez Bernard Charbonneau, qui a publié, sous le titre de Notre table rase (1974), tout un livre sur l’appauvrissement de la vie sensible qui résulte de l’industrialisation de l’agriculture et de l’affadissement des nourritures qu’elle produit. Pour tous les deux, c’est l’attention au plaisir subjectif de manger qui ouvre la voie d’une relation équilibrée avec la nature: le personnel est la voie d’accès à l’universel! Point de vue qui, au fond, récuse les prétentions du discours scientifique à avoir le dernier mot sur l’agriculture et la nourriture; discours scientifique qui, touchant à des réalités humaines, tourne vite au scientisme. Pour ces deux auteurs, au contraire, seule la capacité de confronter l’expérience à une vérité spirituelle permet à l’homme de donner un sens à la connaissance et à l’action. Il n’est donc pas étonnant que chacun à sa manière ait médité sur la science et ses limites. Ainsi, Bernard Charbonneau a rédigé un long essai, Ultima Ratio, publié dans le volume Nuit et jour, science et culture (Economica, Paris 1991) et Wendell Berry a proposé une critique du scientisme dans Life is a miracle, an essay against modern superstition (Counterpoint, 2000). (J.D.)

Essentiel

Si Wendel Berry aux États-Unis, Bernard Charbonneau, en France, défendent tous les deux un mode paysan d’agriculture, c’est d’abord parce qu’ils éprouvent un attachement charnel à la beauté, à l’harmonie et à la diversité des paysages qu’elle produit. Plus profondément encore, s’ils considèrent que la question du devenir industriel de l’agriculture pose à tous les hommes de ce temps une question essentielle, c’est parce que la pensée du chrétien Berry et celle de l’agnostique Charbonneau sont nourries d’une même exigence spirituelle: à savoir qu’il ne saurait y avoir de liberté qu’incarnée; c’est en s’incarnant que la liberté est portée à son plus haut point; c’est dans les tâches apparemment les plus humbles que doivent prendre corps les aspirations de l’esprit, c’est pourquoi la forme et les modalités de la relation que l’homme entretient avec la terre ne doivent pas être abandonnées aux seules lois de l’efficacité technique et de la rentabilité. Ces deux auteurs nous invitent plutôt à juger le devenir industriel et technicien de l’agriculture en fonction des conséquences qui en résultent pour la totalité de la personne. C’est pourquoi tous les deux n'hésitent pas à aborder le problème agricole du point de vue de la vie quotidienne sensible. C’est l’attention à cette expérience sensible et la conviction qu’elle est une des dimensions essentielles de la vie humaine qui les portent à remettre en question l'industrialisation agricole et à critiquer les modes de pensée technocratique qui la légitiment. C’est ainsi que dans un chapitre de What are people for?intitulé The pleasure of eating, Wendell Berry montre que plutôt que la science, ce sont les sens qui fournissent la porte d’accès à une relation équilibrée entre la pensée et le monde. On retrouve exactement la même démarche chez Bernard Charbonneau, qui a publié, sous le titre de Notre table rase (1974), tout un livre sur l’appauvrissement de la vie sensible qui résulte de l’industrialisation de l’agriculture et de l’affadissement des nourritures qu’elle produit. Pour tous les deux, c’est l’attention au plaisir subjectif de manger qui ouvre la voie d’une relation équilibrée avec la nature: le personnel est la voie d’accès à l’universel! Point de vue qui, au fond, récuse les prétentions du discours scientifique à avoir le dernier mot sur l’agriculture et la nourriture; discours scientifique qui, touchant à des réalités humaines, tourne vite au scientisme. Pour ces deux auteurs, au contraire, seule la capacité de confronter l’expérience à une vérité spirituelle permet à l’homme de donner un sens à la connaissance et à l’action. Il n’est donc pas étonnant que chacun à sa manière ait médité sur la science et ses limites. Ainsi, Bernard Charbonneau a rédigé un long essai, Ultima Ratio, publié dans le volume Nuit et jour, science et culture (Economica, Paris 1991) et Wendell Berry a proposé une critique du scientisme dans Life is a miracle, an essay against modern superstition (Counterpoint, 2000). (J.D.)

Articles


Répertoire des ressources électroniques en agriculture et agroalimentaire au Canada

Agriculture et Agroalimentaire Canada
AgriWeb Canada est un répertoire national de ressources d'information sur l'agriculture et l'agroalimentaire au Canada, accessibles par le biais d'Internet et d'autres sites électroniques.

Pour une agriculture paysanne

Ignacio Ramonet
Présentation extraite de Soulager la Planète. Note de mars 2001: José Bovet (leader français de l'agriculture biologique) vient de remporter en cour suprême de France une victoire contre le gouvernement: le gouvernement français a 8 jours pour

La contribution des ordres religieux à l'essor de l'agriculture

François-René de Chateaubriand
Extrait du Génie du christianisme (paru en 1802).

Réflexions sur l'agriculture

Daniel Cérézuelle
Le Groupe du Chêne (chez Daniel Cérézuelle au 6, rue Saint Joseph, 3300 Bordeaux) réunit des hommes et des femmes préoccupés par l'évolution de la société contemporaine, en particulier dans ses rapports avec l'environnement. Si nous nous int

L'agriculture à l'heure de la complexité

Jacques Dufresne
L’agriculture est entrée dans l’ère de la complexité: politique, économie, écologie, éthique, démographie, biologie, technologie, médecine, philosophie, religion s’y mêlent d’une façon telle que toute tentative pour

Un pacte agricole pour le Québec

Jacques Dufresne
Nous vivons en ce moment la fin des dogmes en agriculture. C’est là un facteur d’instabilité, mais aussi une occasion idéale pour notre société civile et notre gouvernement de reprendre le contrôle d’une situation qui avait é

Répertoire de sites sur la planète agricole

Josette Lanteigne
Un tour d'horizon qui met en lumière les tendances qui nous permettent d'espérer un virage en faveur de l'agriculture biologique ou à tout le moins raisonnée.

Répertoire de sites sur le Québec agroalimentaire

Josette Lanteigne
Paru dans «Le Québec agricole», magazine L'Agora, vol 8, no 4 (sept.-oct. 2001).

L'agriculture du troisième genre

Jacques Dufresne
Il fut un temps où la grosseur des tracteurs et la hauteur des silos donnaient la mesure de la modernité d'une ferme. On sait maintenant que la science peut être appliquée à l'agriculture de façon plus subtile. Conférence présentée au 10e Co

L'agriculture selon la nature

Andrée Mathieu
L'homme, nous a appris Bacon, commande à la nature en lui obéissant. Le biologiste américain Wes Jackson a décidé d'appliquer ce principe à l'agriculture. Les nombreuses désobéissances à la nature qui ont marqué l'histoire de l'agriculture

La deuxième révolution agricole

Claude Laberge
Si l'on situe l'origine de l'humanité il y a 3 millions d'années, moment de l'apparition de l'australopithèque, on peut dire que la première révolution agricole, survenue il y a dix mille ans environ est un événement récent, si récent qu'il

Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ