Achillée ptarmique

Fleur sauvage du Québec. Originaire de l'Eurasie boréale.

Plante herbacée vivace (hauteur: 15 à 50 cm). FEUILLES étroites, pointues et très finement dentées, CAPITULES (10 à 15 mm de diamètre) peu nombreux, disposés en ombelle, à rayons blancs parfois superposés.

Pousse dans les lieux humides et près des cours d'eau. Fleurit en été.
Plutôt rare au Québec, bien qu'elle soit plus fréquente dans l'est.

Le nombre de rayon est très variable, allant d'un seul rang à plusieurs rangs serrés.

Remarquez les dents très nombreuses et peu profondes des feuilles.

Comme son nom l'indique, la fleur a la propriété de faire éternuer.

Essentiel

Enfin une fleur nommée d'après son odeur! Mais qui sait si le professeur évoqué ici n'avait pas respiré l'herbe à éternuer?
« (...) On m'enseignait alors la botanique. Je n'y mordais qu'à ma façon. J'avais l'odorat fin et je voulais que le parfum fût un des caractères essentiels de la plante ; mon professeur, qui prenait du tabac, ne m'accordait pas ce critérium de classification. Il ne sentait plus que le tabac, et, quand il flairait une autre plante, il lui communiquait des propriétés sternutatoires tout à fait avilissantes.»

( George Sand, Ce que disent les fleurs)

Essentiel

Enfin une fleur nommée d'après son odeur! Mais qui sait si le professeur évoqué ici n'avait pas respiré l'herbe à éternuer?
« (...) On m'enseignait alors la botanique. Je n'y mordais qu'à ma façon. J'avais l'odorat fin et je voulais que le parfum fût un des caractères essentiels de la plante ; mon professeur, qui prenait du tabac, ne m'accordait pas ce critérium de classification. Il ne sentait plus que le tabac, et, quand il flairait une autre plante, il lui communiquait des propriétés sternutatoires tout à fait avilissantes.»

( George Sand, Ce que disent les fleurs)

Articles


Dossiers connexes




Nos suggestions