Semaine de la francophonie 2016

Jacques Dufresne

Extraits de l'Encyclopédie de la francophonie publiée en 2008

Civilisation de l'universel

Quand Senghor parle de la civilisation de l’universel, il ne fait pas allusion aux Lumières mais à une symbiose entre la civilisation africaine caractérisée par l’émotion et la civilisation européenne centrée sur la raison. Et quand il s’exprime ainsi, bien loin de se situer dans l’esprit des Lumières, il subit l’influence de l’ethnologue allemand Léo Frobenius, lequel appartient à ce romantisme allemand diamétralement opposé aux Lumières.

Le français langue des sciences

La langue de Pascal, de Descartes et de Poincaré, qui fut aussi, outre le latin, celle de Leibniz, n'est plus jugée digne, même en France, de rendre compte des travaux scientifiques.

Les mots, à commencer par ceux des sciences, suivent les armes et l'Amérique anglo-saxonne a gagné les trois grandes guerres du XXe siècle. Nous le savons, mais est-ce une fatalité? Plusieurs siècles après la conquête de la Grèce par Rome, le célèbre médecin Galien écrivait en grec. Et la France n'a pas été conquise par l'Amérique comme la Grèce le fut par Rome, du moins pas de façon aussi manifeste. Vaincu et humilié, le Japon n'a pas capitulé sur le plan scientifique. Du moins ne s'est-il pas empressé d'offrir à son nouveau maître, en exclusivité et dans sa langue, assumant donc le coût de la traduction, les résultats de ses recherches. C'est ce que font les savants européens, y compris les savants de langue française, qu'ils soient Belges, Français ou Suisses. Les savants québécois font de même. «Au Japon, on peut constater que les chercheurs japonais, qui reçoivent des deniers publics, sont souvent dans l'obligation contractuelle, lorsqu'ils veulent et qu'ils peuvent légalement publier leurs travaux, de les communiquer en priorité à des journaux et revues scientifiques publiés au Japon, en japonais.» La science, la technologie et l'économie japonaises en ont-elles souffert à ce point? Les Nippons en cela font preuve depuis des siècles du même sens aigu de leurs intérêts: ils tirent le maximum des travaux de recherche publiés en d'autres langues, mais pour accéder à leur science, il faut franchir la barrière de leur langue, ce que peu d'étrangers sont en mesure de faire en ce moment.

Francophonie: chronologie commentée

Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

Fondateurs: Leopold Senghor, Abou Diouf, Jean-Marc Léger...

Artisans: Michel Guillou, Louise Beaudoin, Clément Duhaime...

Écrivains: Gaston Miron, Aimé Césaire, Eugène Ionesco, Andrei Makine, Ousmane Sembène, Négovan Rajic...

La doctrine Gérin-Lajoie

La légende du sexe surdimensionné des Noirs.

La langue et la liberté par Ernest Renan

Je n'en finirais pas, Mesdames et Messieurs, si je voulais énumérer, siècle par siècle, toutes les phrases utiles à l'humanité qui sont écloses en notre chère langue. C'est une langue libérale, vraiment. Elle a été bonne pour le faible, pour le pauvre, ajoutons pour l'homme intelligent, pour l'homme d'esprit.

Le français, langue universelle du XVIIIe siècle, par Paul Hasard

Non seulement à l’italien, à l’espagnol, mais au latin, qui formait un des liens de la communauté européenne, le français se substitue. « Tout le monde veut savoir parler français; on regarde cela comme une preuve de bonne éducation; on s’étonne de l’entêtement qu’on a pour cette langue et cependant on n’en revient point; il y a telle ville où, pour une école latine, on en peut bien compter dix ou douze de françaises; on traduit partout les ouvrages des Anciens, et les savants commencent à craindre que le latin ne soit chassé de son ancienne possession ... »

Antoine Rivarol, pour un nouveau discours sur l'universalité, par Philippe Loubières


«La langue française et la francophonie sont universalité, non parce qu'elles sont les plus brillantes, encore moins parce qu'elles voudraient être les seules, mais parce qu'elles sont diversité, parce qu'elles sont alternance à la normalisation et à la langue de bois, parce qu'elles sont antidote à un "politiquement correct" impérial et impérieux... La langue française et la francophonie sont une chance qui ne saurait être partout que librement consentie.»

L'unisersalisme selon Allan Bloom

Dans son essai sur le déclin de la culture général, intitulée L'âme désarmée, Allan Bloom, déplore l'influence de la pensée allemande aux États-Unis au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Il reproche à cette pensée de ne pas être universaliste: «Selon les derniers philosophes allemands, la germanité est une part essentielle de leur pensée. Pour Nietzsche et ceux qu'il a influencés, les valeurs sont des produits des esprits populaires et ne s'appliquent qu'à ceux-ci.»




D

À lire également du même auteur

Du cimetière marin de Sète à celui de Deschambault
Le cimetière de Deschambault: un autre  lieu en attente d'un poète et d'u

Patrimoine religieux : de l’esprit des lieux aux lieux de l’esprit
"Nous choisissons la forme de nos bâtiments, plus tard ce sont eux qui déterminent

Julie Payette ou l’abdication de la première reine astronaute
Voici une bonne raison de remplacer Julie Payette par un ou une autochtone.

Hôpitaux : priorité aux donneurs de sens
Version complète d'un article paru dans le journal Le Devoir le 22 janvier 2021

Jeûne médiatique
Ascèse appropriée à une humanité où, en raison de l'omnipr&ea

Les trois virus : biologique, informatique et idéologique
Les deux premiers sont bien connus. Définition du troisième : une idée s&e

Éblouir pour régner
Où l'on voit comment, fort de ses connaissances en optique, Descartes propose au roi d




Nos suggestions