Perséphone et les semences

Jacques Dufresne
Ce court passage évoque deux des sources d'inspiration de Platon pour ce qui est de l'immortalité de l'âme: l'Éleusinisme et l'Orphisme.
Le statut particulier dont jouit Platon parmi les philosophes et parmi les hommes tient avant tout à la façon tantôt rigoureuse comme une démonstration géométrique, tantôt inspirée un tableau ou un poème dont il a parlé de l'immortalité de l'âme. Or, il semble bien qu'il ait été en cette matière, l'héritier d'une tradition conservée par les religions à mystères, l'Éleusinisme et l'Orphisme. Le mystère central dans chacune de ces deux sectes est celui de la mort et de la résurrection, symbolisées par la décomposition de la graine dans la terre et sa réapparition sous la forme d'un être vivant qui s'élève vers la lumière. Le même thème sera repris dans l'Évangile: si le grain ne meurt? Les rogations, ces prières pour que le grain en mourant devienne fruit, faisaient encore partie du paysage spirituel des campagnes, il y a quelques décennies.

Dans le mystère d'Éleusis la déesse associée à la semence s'appelle Perséphone. Elle est la fille de Déméter, déesse de la terre. (Déméter se dit Cérès en latin. C'est la racine de notre mot céréale.) Perséphone sera enlevée par Pluton, le roi des enfers. Déméter s'en plaindra à Zeus et menacera de détruire les récoltes s'il n'intervient pas. Il intervient et Perséphone est ramenée à sa mère par le bel Adonis.

«Ce qui est particulier à la fête d'Éleusis, écrit Erwin Rohde, dans Psyché, c'est l'espérance qu'elle offrait aux initiés: bonheur pendant la vie et meilleur sort après la mort, immortalité de l'âme.» Les raisons de cette immortalité de l'âme étaient exprimées sous forme allégorique par le mystère lui-même: «Déméter est la terre, Perséphone sa fille, la semaille, la graine. La capture de Perséphone par Pluton et son retour dû à Adonis sont signifiés par l'ensemencement de la graine et par sa croissance ou, dans une interprétation plus large, par le renouveau annuel de la végétation.» (Rohde, Psyché). La graine, disparue dans la terre est une image de l'âme morte, sa croissance est l'image de l'âme ressuscitée.

Autres articles associés à ce dossier

L'âme close et l'âme ouverte

Henri Bergson

Voici un extrait de Les deux sources de la  morale et de la religion d'Henri Bergson. Le lien sous ce titre conduit au texte complet de cette oeuvre.

La division tripartite de l'âme selon Platon

Jacques Dufresne

L'influence de la conception grecque de l'âme s'étend jusqu'à l'époque contemporaine.

L'âme et le corps

Baruch Spinoza

Conception simple de l'âme, qui présuppose son existence plus qu'elle ne l'explique.

Le soin de l'âme

Hélène Laberge


À lire également du même auteur

Du cimetière marin de Sète à celui de Deschambault
Le cimetière de Deschambault: un autre  lieu en attente d'un poète et d'u

Patrimoine religieux : de l’esprit des lieux aux lieux de l’esprit
"Nous choisissons la forme de nos bâtiments, plus tard ce sont eux qui déterminent

Julie Payette ou l’abdication de la première reine astronaute
Voici une bonne raison de remplacer Julie Payette par un ou une autochtone.

Hôpitaux : priorité aux donneurs de sens
Version complète d'un article paru dans le journal Le Devoir le 22 janvier 2021

Jeûne médiatique
Ascèse appropriée à une humanité où, en raison de l'omnipr&ea

Les trois virus : biologique, informatique et idéologique
Les deux premiers sont bien connus. Définition du troisième : une idée s&e

Éblouir pour régner
Où l'on voit comment, fort de ses connaissances en optique, Descartes propose au roi d




Nos suggestions