La ruée vers la terre

Jacques Dufresne


Le grand mérite de personnes comme Barbara Ward, présidente,avec René Dubos, du premier sommet de la Terre, celui de Stockholm en 1972,  c'est de savoir incarner les plus grands idéaux dans des institutions sur lesquelles on peut compter ensuite pour veiller sur leur réalisation. On peut porter au moins deux grandes institutions au crédit de Barbara Ward, le mouvement Justice et Paix dans l'Église catholique et l'IIED, (Institut international pour l'environnement et le développement). Cet institut, dont le siège est à Londres, est en ce moment l'un des hauts lieux d'étude et de réflexion de l'actuelle ruée vers la terre. Il vient de publier sur la question une étude dont voici les grandes caractéristiques:

Toutes les sources confirment que les achats se font rapidement à une grande échelle.
Tous les continents sont touchés
Les pays du Golfe, la Chine, l'Inde compte parmi les acheteurs mais les États-Unis et l'Europe également.
Les acheteurs sont tantôt des entreprises tantôt des nations, mais il est difficile de faire le partage
Les meilleures terres sont visées


Si le tendance est claire, les données ne  sont pas parfaitement sûres, elles varient selon  que les sources sont les médias ou les inventaires des pays. Une étude  a montré, pour ce qui est de l'Afrique, que 40% des terres achetées  l'ont été par des compagnies européennes et 13 % par des compagnies américaines. Présente en Afrique, la Chine s'intéresse surtout aux terres de l'Asie du Sud Est,  les achats de l'Inde sont concentrés en Éthiopie, ceux des pays du Golfe au Soudan. En Afrique seulement de 51 millions à 63 millions d'hectares ont été achetés entre 2008 et 2010, soit l'équivalent de la superficie de l'Ukraine, qui est de 603, 700 km2

Estimés pour quelques pays

Pour fins de comparaison, la superficie de la Suisse est de 81 290 km2, celle de la France 552,000 km2

Soudan : entre 3,965,000 et 4, 899, 000 hectares, soit 39 650 et 48 990 km2

Éthiopie : entre 3,619,509 et3,524,000 , soit 36, 195 et 35 240

Mozambique : entre 2,670,000 et 10, 305,000 soit 26,700 et 103,050 km2

Mali : entre 871, 257 et2,417,000 soit 8,712 et 24, 170 km2

Cambodge : entre 958,000 et 943,000, soit 9,580 et 9,430 km2


Si l'on tenait compte des terres achetées en vue de l'exploitation du sous-sol, les chiffres seraient encore plus grands. Il est urgent, conclut l'auteur du rapport de l'IIED de s'assurer : 1) que les règles internationales du jeu sont à jour, 2) que les acheteurs les respectent. Quoique qu'il en soit le risque ques les populations locales soient les grandes perdantes est manifeste.

À lire également du même auteur

Du cimetière marin de Sète à celui de Deschambault
Le cimetière de Deschambault: un autre  lieu en attente d'un poète et d'u

Patrimoine religieux : de l’esprit des lieux aux lieux de l’esprit
"Nous choisissons la forme de nos bâtiments, plus tard ce sont eux qui déterminent

Julie Payette ou l’abdication de la première reine astronaute
Voici une bonne raison de remplacer Julie Payette par un ou une autochtone.

Hôpitaux : priorité aux donneurs de sens
Version complète d'un article paru dans le journal Le Devoir le 22 janvier 2021

Jeûne médiatique
Ascèse appropriée à une humanité où, en raison de l'omnipr&ea

Les trois virus : biologique, informatique et idéologique
Les deux premiers sont bien connus. Définition du troisième : une idée s&e

Éblouir pour régner
Où l'on voit comment, fort de ses connaissances en optique, Descartes propose au roi d




Nos suggestions