Stances à Marquise

Pierre Corneille
L'amour s'en va, l'amour s'en va...Non! mais nous nous en allons.
George Brassens mettra en musique la réponse quelque peu irrévérencieuse de Tristan Bernard aux Stances de Corneille:

Peut-être que je serai vieille,
Répond Marquise, cependant
J'ai vingt-six ans, mon vieux Corneille,
Et je t'emmerde en attendant.
    Marquise, si mon visage
    A quelques traits un peu vieux,
    Souvenez-vous qu'à mon âge
    Vous ne vaudrez guère mieux.

    Le temps aux plus belles choses
    Se plaît à faire un affront;
    Il saura faner vos roses
    Comme il a ridé mon front.

    Le même cours des planètes
    Règle nos jours et nos nuits:
    On m'a vu ce que vous êtes;
    Vous serez ce que je suis.

    Cependant j'ai quelques charmes
    Qui sont assez éclatants
    Pour n'avoir pas trop d'alarmes
    De ces ravages du temps.

    Vous en avez qu'on adore,
    Mais ceux que vous méprisez
    Pourraient bien durer encore
    Quand ceux-là seront usés.

    Ils pourront sauver la gloire
    Des yeux qui me semblent doux
    Et dans mille ans faire croire
    Ce qu'il me plaira de vous.

    Chez cette race nouvelle
    Où j'aurai quelque crédit,
    Vous ne passerez pour belle
    Qu'autant que je l'aurai dit.

    Pensez-y, belle Marquise:
    Quoiqu'un grison fasse effroi,
    Il vaut bien qu'on le courtise
    Quand il est fait comme moi.

    Autres articles associés à ce dossier

    Une vieille femme

    Nicolas Bourdon

    L'histoire d'une vieille femme qui doit quitter son appartement, encombré de livres et de souvenirs de son seul ami

    Montaigne et la vieillesse: une philosophie des âges de la vie

    Thierry Gontier

    Pour Montaigne, la vieillesse est l'âge des loisirs, de la liberté, de la cessation de ce qu'il appelle "l'embesognement", qui est le fait

    Vieillir sans restes

    Charles Maurras


    Les vieux tracteurs

    Serge Bouchard

    Une allégorie sur la vieillesse où par une inversion dont cet anthropologue a le secret, la vieille machine, parce que son propriétaire l'aime, sem

    Des avantages de la vieillesse

    Sénèque

    Sénèque décrit les douceurs de la vieillesse à Lucilius, l'empêchant ainsi de succomber à la nostalgie de sa jeunesse passée, mais aussi à la

    Le vieux de la maison

    Léon Bloy

    Le texte présenté sur cette page a d'abord paru dans le journal Gil Blas de juillet 1893 à avril 1894, puis fut repris avec d'autres dans le recuei

    À lire également du même auteur




    Nos suggestions