Itinéraire politique et spirituel d’un patriote

Hélène Laberge
On a pu dire du mouvement souverainiste québécois, tel qu'il était à ses débuts, qu'il s'apparentait à une mystique, que les Québécois avaient troqué leur appartenance à l'Église catholique contre une appartenance à leur nation. L'histoire de Pierre Gagnon permet de bien comprendre cette époque.
Il y a des livres impossibles à mettre dans les rassurantes catégories littéraires ou philosophiques qui facilitent le jugement. Dans un style extrêmement personnel, celui d'un amoureux de la poésie, haut en couleurs, Pierre Gagnon1 au terme de sa vie raconte sa recherche d’absolu à travers une vie sentimentale mouvementée et une passion pour la politique souverainiste du Québec, celle de René Lévesque en particulier, à laquelle il a été mêlé. Un absolu qu’il a redécouvert et qui maintenant le comble suffisamment pour qu’il souhaite en révéler la source et la joie qu’elle lui apporte. « Mon intention a été d’illustrer que tout est du domaine du possible pour un être, pour les membres d’une famille, pour un clan et pour un peuple par un retour aux valeurs qui ont de tout temps fait l’honneur de l’humanité et depuis 2000 ans se sont enrichies du message d’amour d’un christianisme toujours vigoureux [¼]. » Les amateurs d’histoire se régaleront de certaines anecdotes politiques dont il a été ou le témoin ou l’acteur et qu’il ressuscite avec tant de verve. Pierre Gagnon ne tombe pas dans le piège des confidences. C’est avec beaucoup de pudeur qu’il évoque ses aventures conjugales et extra conjugales, ses fuites devant ses responsabilités de père de plusieurs enfants. Il a le courage de faire ce genre de confession publique en reconnaissant ses torts, sans se couvrir du masque des excuses et des justifications… On peut résumer ses propos de la façon suivante : « J’ai manqué gravement à mes devoirs. J’en ai payé le prix par des remords et par des périodes de dépression. »

Mais ne croyez pas qu’il s’appesantit sur ces moments de souffrance intense. Ce qui jaillit constamment de son livre, c’est une source réelle de joie, une joie qui n’est pas une exaltation et encore moins une compensation mais un accord final qui réunit tous les éléments disjoints de la vie. L’apprenti-converti, comme il se définit, chemine au déclin de la vie « sur une route , où chaque pas révèle une lumière toujours plus vive, toujours plus douce, toujours plus invitante.[¼] Salut, compagnon de vie, des bons comme des mauvais jours, auquel je dois tant de plaisirs et de souffrances, de peines et de joies. Je te comprends de vouloir te reposer en retournant lentement à la terre dont tu fus tiré et t’y fondre dans la paix. C’est une délicieuse sensation de sentir l’âme en voie d’être libérée de toute lourdeur, charges matérielles, désirs, quêtes de satisfaction,envies. Même l’esprit est ravi de cet élan vers la lumière toute pure. ». Cent ans plus tôt, même voeu d’un homme politique qui fut un grand poète :

Mes os vont soulever la dalle des ancêtres
Je cherche en y tombant la même vérité (Charles Maurras).

1 De la pénombre à Cap-Lumière (2008), Éditions Carte Blanche, 1209, avenue Bernard Ouest , bur. 200, Outremont (Québec) H2V 1V7
2 Chapitre « Le temps, brisures d’éternité », p. 340.

Autres articles associés à ce dossier

Souveraineté nationale et développement de la construction européenne

Paul Thibaud

Texte d'une communication présentée lors du colloque "Le Conseil de l'Europe: naissance d'une conscience européenne", Sénat de la Répub

De la souveraineté

Jean Bodin


À lire également du même auteur

Musardises
Musardises, de muser: perdre son temps à des riens... qui parfois ne sont pas rien. Pens&eacu

Questions ultimes par Thomas de Koninck
Première version 2013.  Pour ce livre,« questions ultimes » Thom

Histoire de la nourriture: de l'art culinaire aux sciences de la nutrition
Dans cette série de coups d'oeil sur l'histoire de la nourriture, le fil conducteur e

Le monde est un miracle
Article publié en 2013 et mis à jour en 2020. Au moment où, contre toute attent

Jane Eyre ou la nudité de l'âme
«Qu'il aura été long et dur le chemin de Jane vers l'amour. Elle sera pa

Fernand Dumont et la religion catholique au Québec
Dans les mots de tous,.Fernand Dumont, après nous avoir  donné à comprendr

Lettre de Noël à une amie française sur l'écrivain québécois Mario Pelletier
Lettre de Noël à une amie française, qui a connu le Québec. Sur un é




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ