Michel Sarrazin et les simples du Canada

Jacques Dufresne
Au XVIIIe siècle, on soignait encore beaucoup par les simples, c'est-à-dire par les plantes. La botanique était étroitement associée à la médecine. Haller, par exemple, a excellé en tant que botaniste. À Québec, vers 1700, Michel Sarrazin, médecin du roi, fut ainsi amené à étudier les propriétés d'une plante de tourbières, vulgairement appelée «oreille de cochon» laquelle, au dire des Indiens, guérissait une maladie qui leur avait été communiquée par les Français: la petite vérole. Les observations du docteur Sarrazin ayant été portées à l'attention de Linné, l'oreille de cochon devait être connue dans le mone sous le nom de Sarracinea purpurea, sarracinea étant, bien entendu, la traduction latine de Sarrazin.

    La sarracenie, plante carnivore belle et presque intellignete, était la plante préférée du frère Marie-Victorin, auteur de la Flore laurentienne. Dans la statue de lui qu'on peut voir au Jardin botanique de Montréal, Marie-Victorin tient une sarracenie dans ses mains.

À lire également du même auteur

De la forme au chaos, de Pythagore à Kauffman
Pythagore était à la fois et dans l'ordre un mystique, un philosophe, un savant et

Vie
Première version: 2000. Dernière mise à jour 2022,. Quand nous abordons le th&

Univers
Première version 2003. Dernière mise à jour 2020. Bien des idées re&cced

Radio-Canada, une chapelle de la religion du progrès
Tout est bien qui est nouveau !  Un dogme à la SRC ! L’auto-critique exigera plus

Élisabeth II ou le conte de fées britannique
...« Quand à travers les légendes et les poèmes/ Nous connaîtrons

Le ciel français au secours du fait français au Canada
Quelles notes de français donneriez-vous à Justin Trudeau et à François




Articles récents