Les événements décisifs

Jacques Dufresne
Si l'on définit le hasard comme la rencontre de deux ou plusieurs séries causales indépendantes, ont peut dire que l'ordinateur est le fruit du hasard.

VERS LA PROGRAMMATION

L'ordinateur est un automate de Vaucanson habité par la logique de Boole. Pour rendre cette image plus adéquate, plus conforme à l'état des connaissances à la fin du XIXe siècle, il faut bien sûr éliminer, à l'intérieur de l'automate, les leviers, poulies, roues à engrenages et autres mécanismes et les remplacer par des circuits électriques.

L'événement le plus déterminant dans l'histoire de l'ordinateur sera la rencontre des séries indépendantes d'événements ayant conduit d'une part à l'automate électrifié et d'autre part à la logique de Boole et à ses prolongements.

De nombreux chercheurs ont suivi la bonne piste en même temps. L'histoire retiendra quelques noms dont celui de Claude Shannon, ce jeune physicien qui, en 1938, a présenté au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.), une thèse de maîtrise portant sur les affinités entre la logique de Boole et les circuits électriques.

Les idées de Shannon seront d'abord appliquées aux réseaux téléphoniques qui seront ainsi rapidement automatisés. Ce qui explique pourquoi c'est dans les laboratoires de la compagnie Bell que sera faite la découverte du transistor, lequel constituera une étape décisive vers la miniaturisation des ordinateurs et leur fiabilité.

Au moment où Shannon déposait sa thèse au M.I.T., un ingénieur allemand, travaillant en solitaire, Konrad Zuse, passait rapidement de la théorie à l'action en adaptant le système binaire à une machine à calculer qui allait bientôt avoir les principales caractéristiques d'une machine universelle.

Mais cette étape décisive sur la route de l'ordinateur aura surtout été marquée par le génie du mathématicien anglais Alan Turing. L'ordinateur est une machine qui peut recevoir à la fois des données et des instructions pour traiter ces données. Quand on utilise une calculatrice par exemple, on entre d'abord les chiffres et on appuie ensuite sur la touche +, qui envoie une instruction à la machine. Parmi les problèmes à résoudre il y avait le suivant: comment faire en sorte que la machine distingue l'instruction de la donnée qu'il faut traiter, même si on utilise le même langage pour entrer l'une et l'autre et si on les conserve dans la même mémoire. L'opération qui consiste à fermer ou à ouvrir une porte logique/interrrupteur dans un circuit additionneur est un exemple d'instruction.

P.S.

LA GUERRE 1939-1945 ET LES ORDINATEURS

Au début de la guerre 1939-1945, Konrad Zuse était à la fine pointe de la recherche sur les ordinateurs. Il touchait presque au but. L'Allemagne aurait sans doute été dotée du premier véritable ordinateur, si Hitler n'avait pas été obnubilé par l'euphorie de ses premières victoires au point de ne pas saisir tout l'intérêt des travaux de Zuse.

Au moment où Hitler faisait passer les projets de Zuse au second rang de ses priorités, en Angleterre, Alan Turing recevait des fonds de l'armée pour mettre au point une machine logique qui devait permettre bientôt de décoder les messages destinés aux sous-marins allemands. Il serait peut-être exagéré de dire qu'Alan Turing est l'individu qui a le plus efficacement contribué à la victoire des alliés en Europe, mais c'est à lui en tout cas que nous devons l'anéantissement de la formidable force de frappe que constituaient les sous-marins allemands. A lui et à ces obscurs résistants polonais qui ont réussi à expédier à Londres un exemplaire de la machine dont les Allemands se servaient pour coder leurs messages.

Les codes étaient toutefois si complexes et ils étaient en outre modifiés si fréquemment que les Allemands avaient exclu une fois pour toute l'hypothèse qu'on puisse les déchiffrer. Ce qui les a perdus. S'ils avaient accordé à Zuse les crédits qu'il demandait, ils auraient bientôt eu sous les yeux une machine logique qui leur aurait permis de présumer que les Anglais pouvaient, à l'aide d'une machine équivalente, percer leurs secrets les mieux gardés. L'issue de la guerre aurait pu être différente. A tout le moins, la victoire des alliés aurait été considérablement retardée. Les Allemands ont perdu un temps très précieux uniquement parce qu'ils ne soupçonnaient même pas la juste explication de la chute subite de l'efficacité de leurs sous-marins en 1943.

Autres articles associés à ce dossier

La carte perforée

Jacques Dufresne

Du métier à tisser à l'ordinateur

L'ordinateur et l'électromagnétisme

Jacques Dufresne

Nord, Sud, 0,1...La boussole c'est déjà l'ordinateur.

L'industrialisation

Jacques Dufresne


Vers la logique de Boole

Jacques Dufresne

L'ordinateur est le résultat de sept siècles de logique formelle

De la pascaline au robot

Jacques Dufresne

Exemple de la façon dont le XVIIe siècle a tenté de réaliser par des procédés mécaniques simples ce que le XXe siècle réalisera à l'aide de

À lire également du même auteur

Du cimetière marin de Sète à celui de Deschambault
Le cimetière de Deschambault: un autre  lieu en attente d'un poète et d'u

Patrimoine religieux : de l’esprit des lieux aux lieux de l’esprit
"Nous choisissons la forme de nos bâtiments, plus tard ce sont eux qui déterminent

Julie Payette ou l’abdication de la première reine astronaute
Voici une bonne raison de remplacer Julie Payette par un ou une autochtone.

Hôpitaux : priorité aux donneurs de sens
Version complète d'un article paru dans le journal Le Devoir le 22 janvier 2021

Jeûne médiatique
Ascèse appropriée à une humanité où, en raison de l'omnipr&ea

Les trois virus : biologique, informatique et idéologique
Les deux premiers sont bien connus. Définition du troisième : une idée s&e

Éblouir pour régner
Où l'on voit comment, fort de ses connaissances en optique, Descartes propose au roi d




Nos suggestions