Une pilule pour le coeur et la taille

Jean Hamann
Une étude dévoile les conclusions d'essais cliniques sur le rimonabant, un médicament administré aux personnes souffrant de problèmes d'obésité. Article paru dans Au fil des événéments, journal communautaire de l'Université Laval, édition du 11 mars 2004.
Un nouveau médicament, mis à l'essai chez 1036 obèses, a produit des résultats spectaculaires tant pour la taille que pour le coeur, viennent d'annoncer le chercheur Jean-Pierre Després, de la Faculté de médecine de l'Université Laval, et son collègue Robert M. Anthenelli, de l'Université de Cincinnati. Les deux chercheurs ont dévoilé les conclusions de leur essai clinique sur le rimonabant, lors du Congrès de l'American College of Cardiology qui se déroulait cette semaine à la Nouvelle-Orléans.

Après avoir pris ce médicament pendant un an, les sujets ont perdu, en moyenne, 9 kilos et leur tour de taille a fondu de 9 cm. Leur taux de bon cholestérol a augmenté de 23 % pendant que leur taux de triglycérides, néfastes à la santé cardiaque, diminuait de 15 %. Les chercheurs ont également noté que les autres facteurs de risques associés aux maladies cardiovasculaires avaient pris du mieux. "Il semble que nous disposons maintenant d'un médicament qui cible les principaux facteurs de risques de maladies cardiovasculaires", a commenté Jean-Pierre Després, lors de l'annonce des résultats.

Fabriqué par la pharmaceutique française Sanofi-Synthelabo, le rimonabant agirait sur les mécanismes du cerveau et des cellules nerveuses qui interviennent dans le contrôle de l'équilibre énergétique. Ce contrôle opérerait par l'entremise du système endocannabinoïde, celui-là même qui est impliqué dans la dépendance au tabac. Des tests cliniques sont d'ailleurs en cours pour tester l'efficacité du rimonabant chez les personnes qui tentent d'arrêter de fumer.

Autres articles associés à ce dossier

L'obésité

Jean Anthelme Brillat-Savarin

Faut-il s'étonner que ce soit à un fin gourmet, à un homme de goût, que l'on doive ces pages si éclairantes et si réalistes sur l'obésité?

À lire également du même auteur

La peur, pire que le mal
Ce livre marque le retour de l'esprit critique à l'égard de la médecine. Vers la fin de la décen

Un préhenseur robotique pour le nettoyage des installations nucléaires en Grande-Bretagne
Un préhenseur robotique mis au point au Département de génie mécanique servira aux opérations d

Thermomètre floral
La floraison du tussilage survient un mois plus tôt qu'il y a 80 ans.

Quand la science fait la une
Les universitaires ont leur mot à dire pour contrer le sensationnalisme des médias sur les questio

Pas de pilule miracle
Une équipe de chercheurs de l'Université Laval vient de publier dans The American Journal of Cardi

Mieux vaut tard que trop tôt
Un délai entre un infarctus et un pontage améliore les chances de survie des patients.

Lutte biologique: trois bogues
Tout n'est pas rose du côté des armes «vertes» contre les insectes nuisibles




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ