Le martyr comme caution idéologique

Alain Finkielkraut
Extrait de «Répliques», émission animée par Alain Finkielkraut (France Culture) et diffusée le 15 septembre 2001. Le théme était «La part de la morale». Invités: Monique Canto Sperber et Paul Ricoeur. Il s'agit d'une transcription verbatim, à quelques légères retouches près.
    Quelques jours avant cet attentat (i. e. 11 septembre 2001), une enquête était publiée dans Le Monde sur les kamikazes palestiniens «terroristes par désespoir». Deux sociologues sont venus cautionner cette idée du terrorisme par désespoir. L'un qui disait, ce n'est pas un acte de dépassement brut, mais un acte de dépassement du désespoir par le martyre. La quotidienneté de l'humiliation devient insupportable, la solution «martyriste» apparaît comme la voie royale pour s'assumer. Et un autre disait: c'est l'acte d'un homme qui se trouve dans l'impossibilité d'arriver à quoi que ce soit par les moyens traditionnels. C'est intéressant parce que c'est un rapport très répandu à la violence aujourd'hui. Il me semble que la morale commune, dans une de ses parties, si vous voulez, est dominée par ce que je pourrais appeler un rousseauisme sociologique, ou une sociologie rousseauiste. (...) Et donc quand il y a de la violence, on n'impute pas la violence à ceux qui la commettent, on l'impute au système dans lequel ils sont pris, parce qu'on pense que le mal, comme le disait Rousseau, vient de l'oppression. Nul mal humain ne vient de l'homme, il vient d'une société artificielle, qu'il faut pouvoir changer. Donc le mal est commis, en quelque sorte, par les cibles, le mal initial est commis par les cibles de ceux qui expriment ainsi leur haine ou leur malaise. Et quand on ajoute à cette dimension de violence celle du martyre, alors le martyre apparaît comme une caution, un homme qui sacrifie sa vie doit être forcément désespéré, d'où la difficulté où nous sommes de condamner cette violence, et là je me dis, s'il n'y a pas possibilité d'imputer les actes les plus terribles à ceux qui les commettent, alors la philosophie morale est paralysée. Peut-être que cette terreur qui s'est répandue aux Etats-Unis nous oblige à sortir du confort de ce rousseauisme sociologique.

    Autres articles associés à ce dossier

    À lire également du même auteur

    Le sens de l'héritage. Entretien avec Alain Finkielkraut
    A l'heure du passage à un nouveau millénaire, le philosophe Alain Finkielkraut, en véritable huma




    Articles récents

    •  

      Les mots ont une vie eux aussi

      Pierre Biron
      Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

    •  

      Lovelock James

      Jacques Dufresne
      James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

    •  

      Culture médicale: un ABC

      Jacques Dufresne
      La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

    •  

      Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

      Jacques Dufresne
      On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

    •  

      Pause ton écran

      Jacques Dufresne
      À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

    •  

      Ottawa n'est pas Rome

      Marc Chevrier
      Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

    •  

      L'inflation généralisée

      Jacques Dufresne
      L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

    •  

      Pâques et les calendriers

      Jacques Dufresne
      Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ