Mes voyages à pied... des aventures capitales

Georges Duhamel
La marche peut servir à la connaissance de soi et des autres, mais les jeunes lui préfèrent volontiers la performance liée à la pratique des sports.
Au livre IV des Confessions, Jean-Jacques Rousseau parle du voyage à pied avec une plaisante fantaisie. "La vue de la campagne, la succession des aspects agréables, le grand air, le grand appétit, la bonne santé que je gagne en marchant... " Le morceau est célèbre. Il est à rapprocher des pages sur la botanique: "Errer nonchalamment dans les bois et dans la campagne, prendre machinalement, çà et là, tantôt une fleur, tantôt un rameau, brouter mon foin presque au hasard... " Je n'ai jamais pu, sans un sourire d'étonnement, relire ces gracieuses divagations. Comme tout ce qui est de la biologie, la botanique n'est pas un motif pour toile de Jouy, mais un objet de réflexions sévères parfois dramatiques. La botanique ne m'a jamais montré qu'un spectacle de luttes, d'invasions, d'oppressions, d'étouffements et de triomphes horribles. C'est le jardin qui réconforte, malgré ses cruautés, parce qu'il impose un ordre et souvent une harmonie. Mes voyages à pied, de même, bien qu'ils m'aient procuré les plus grandes et les plus petites joies de ma jeunesse, n'ont jamais représenté pour moi un divertissement badin. Quand je les revois, en rêve, je sens qu'ils ont été des aventures capitales, qu'ils m'ont permis de découvrir et d'observer de près des peuples destinés à jouer un grand rôle dans la vie de ma patrie et dans ma vie personnelle, ils m'ont appris bien des choses sur l'homme en général, sur mes amis et surtout sur moi-même. Ils ont représenté des épreuves d'endurance, avec des fatigues prodigieuses et de beaux assouvissements. C'est pourquoi, par la suite, j'ai tenté d'en donner le goût à la compagne de ma vie, ce à quoi j'ai réussi. Je n'ai pas eu un égal succès avec mes fils, et je le regrette. Mais quoi! dans le moment où mes fils parvenaient à l'âge d'homme, la mécanique était en train d'anéantir, chez les jeunes gens, la moindre velléité de voyager sur les jambes. Je dis encore: de voyager. Car le goût du camping, que je crois un goût très sain, n'est pas le goût du voyage. Et la passion de la montagne qui fait aussi d'heureux progrès dans la vie de nos jeunes gens, n'est pas du tout comparable à celle qui nous animait nous autres. Que des gaillard vigoureux et courageux éprouvent un noble plaisir à faire une ascension, surtout si elle est ardue et même chanceuse, voilà qui me plaît beaucoup. Pourtant l'idée de partir d'un village, d'atteindre la cime d'un mont, puis de rentrer au bercail, cela ne m'a jamais tenté. Ce qui me soulevait à l'époque de mes commencements, c'était de traverser plusieurs cantons, plusieurs pays, de franchir les montagnes, mais toujours pour aller outre, de découvrir, chaque jour, des horizons nouveaux qui vont pas à pas se transformer au long de la longue journée, de traverser des villages et des villes, de voir, après le passage d'un col, se creuser une vallée inconvenue, d'y observer les hommes, les animaux, la végétation, de surprendre de moeurs, d'admirer des édifices, de progresser hardiment dans l'intelligence du monde.

Autres articles associés à ce dossier

Marcher, une philosophie

Jacques Dufresne

Depuis des années, je recommandais en vain la marche à un ami de tempérament dépressif, jusqu'au jour où j'

Le bonheur de l'homme à pied

Victor Hugo

La marche et la rêverie, voire la réflexion, font bon ménage.

Le plaisir de la marche

Jean-Jacques Rousseau

Il y a lien étroit entre la marche et la pensée. De nombreux philosophes avaient la réputation d'être des marcheurs infatigables. Aristote en éta

À lire également du même auteur




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.