Les Hirondelles

Albert Lozeau
Les oiseaux ont-ils une âme? J'aimerais qu'ils eussent une âme, je m'expliquerais mieux alors leur obscure destinée, - leurs souffrances récompensées ailleurs, dans quelque paradis particulier où pullulent les insectes rares et beaux, et que les élus aux ailes agiles rempliraient de chants à la gloire de Dieu.

J'ai vu des hirondelles construire leur nid, couver patiemment au fond d'une boîte étroite par des jours torrides, je les ai vues nourrir - ou gaver - leur progéniture, faisant, pour contenter d'insatiables appétits, des centaines de voyages; je les ai vues enseigner à leurs nouveau-nés l'art merveilleux du vol, avec des cris presque humains, des tendresses alarmées, des attentions minutieuses, des joies dont frémissait tout leur corps de plume; je les ai vues ramener leurs petits à la maison natale, au soleil couchant, et leur parler, et leur dire de ne plus sortir, et rester auprès d'eux quelque temps, les caressant des yeux et du bec, et s'éloigner pour la nuit, pendant que de fines têtes bleues, un peu penchées, regardaient, dociles, mais avec de fous désirs de les suivre, monter en plein azur, rapides, le père et la mère. Et la porte ronde devenait insensiblement un trou noir d'où s'échappaient des gazouillements, et c'était le silence et le sommeil pour jusqu'à l'aube prochaine.

Les petites hirondelles ignorent le danger, comme des enfants qu'elles sont. Mais que de craintes torturent le coeur des vieux, depuis la minute solennelle où l'oiseau sort de l'oeuf jusqu'au moment de l'envol éperdu, de l'essor enivré dans l'immense espace ! Il n'est plus d'instant sans angoisse ni fatigue : il faut chasser la mouche minuscule et, plus tard, l'énorme libellule, en veillant à sa sécurité, - parfois une pierre peut vous atteindre; - il faut dérouter les autres hirondelles que votre proie allèche, rentrer au nid souvent avec ruse, distribuer la nourriture, et ressortir, haletante, le bec large ouvert, et repartir !

Déjà, les petits se pourvoient à eux-mêmes ; ils gobent des mouches avec frénésie, ils gobent, ils gobent ! Ils iront aussi se coucher dehors, dans les arbres. A mesure qu'ils croissent en force, en expérience, pauvres parents, ils se détachent de vous ! La vie est ainsi faite.

Les oiseaux ressemblent tellement aux hommes qu'ils doivent avoir une âme ...

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.