La critique littéraire

Antoine de Rivarol
L’esprit de critique est un esprit d’ordre; il connaît des délits contre le goût et les porte au tribunal du ridicule, car le rire est souvent l’expression de la colère, et ceux qui le blâment ne songent pas assez que l’homme de goût a reçu vingt blessures avant d’en faire une. On dit qu’un homme a l’esprit de critique lorsqu’il a reçu du ciel non-seulement la faculté de distinguer les beautés et les défauts des productions qu’il juge, mais une âme qui se passionne pour les unes et s’irrite des autres, une âme que le beau ravit, que le sublime transporte, et qui, furieuse contre la médiocrité, la flétrit de ses dédains et l’accable de son ennui.

Autres articles associés à ce dossier

Le critique médiocre

Remy de Gourmont


Le préposé aux éloges

Honoré de Balzac

Passage extrait de: Monographie de la presse parisienne (1842)

À lire également du même auteur

Le comte de Mirabeau
Portrait caustique de l'illustre orateur.




Nos suggestions