Une civilisation à l'origine de nombreuses inventions

Sénat français
M. Alain Peyrefitte indiquait, dans son fameux ouvrage de 1973 (*) : « Un siècle et demi de déclin a fait oublier que la Chine, durant des millénaires, s'était portée à la pointe de la science et de la technique mondiales ; que son avance dura jusqu'au XVIe siècle, et qu'elle ne fut vraiment distanciée qu'au début du XIXe siècle. Encore son génie la tournait-il vers l'invention plutôt que vers la découverte ; moins vers les sciences fondamentales que vers les sciences appliquées : astronomie, météorologie, botanique, médecine, pharmacie. »

Les multiples inventions chinoises avaient d'ailleurs été recensées par Joseph Needham, célèbre historien et sinologue anglais, dans son ouvrage « Science et civilisation en Chine », qu'il rédigea au milieu du siècle dernier.

On peut citer notamment, à ce titre, l'invention par les Chinois de la boussole, de l'imprimerie (bien avant Gutenberg) et du papier ; en outre, l'étrier, les harnais à trait et à collier auraient été inventés en Chine, environ mille ans avant leur première utilisation en Europe. La brouette compterait également au nombre de ces inventions.

S'agissant des matières, on pense bien entendu à la soie, mais également à la porcelaine.

Dans le domaine des mathématiques, la Chine est à l'origine du système décimal (dès le XIVe siècle avant JC) ainsi que du boulier (ancêtre de la machine à calculer).

Dans le secteur des armes, on peut citer notamment l'arbalète et la poudre explosive.

En réalité, on a sans doute tendance à oublier le rôle essentiel de la Chine, dont les inventions sont multiples dans tous les secteurs de la vie (du pont suspendu aux moulinets de canne à pêche, en passant par les feux d'artifices, les horloges mécaniques ou les bateaux à aube).

Il est vrai que ce pays n'a pas fait preuve du même talent pour diffuser ses innovations, lesquelles ont souvent été reprises à leur compte par des nations étrangères.

(*) Alain Peyrefitte, Quand la Chine s'éveillera... le monde tremblera, Fayard, 1973.

Autres articles associés à ce dossier

La Grande Muraille

David Michelmore et Guo Zhan


À lire également du même auteur




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.