Les neurones perdent le monopole de la communication cérébrale

Institut national de la santé et de la recherche m
On entend peu parler des cellules gliales. Pourtant, elles sont jusqu’à 10 fois plus nombreuses que nos 100 milliards de neurones ! Jusqu’alors on connaissait leur rôle important d’assistance aux neurones (soutien physique, apport énergétique etc.). L’originalité des travaux de Stéphane Oliet et de ses collaborateurs (Unité Inserm 378 «Neurobiologie Morphofonctionnelle» dirigée par Dominique Poulain), réside dans la mise au jour de la fonction des cellules gliales dans la communication cérébrale. Les chercheurs de l’Inserm et du CNRS, viennent en effet de démontrer que ces cellules interviennent indirectement dans les phénomènes de mémoire et d’apprentissage du cerveau, activité jusqu’alors générée par les neurotransmetteurs. Les résultats sont publiés en mai 2006 dans la revue Cell.
Les chercheurs de Bordeaux ont montré qu’une relation anatomique étroite entre cellules gliales et neurones conditionne le bon fonctionnement de récepteurs indispensables à la transmission de l'information cérébrale et les phénomènes qui en découlent : les récepteurs du glutamate de type NMDA (pour N-méthyl-D-aspartate). Les liaisons concomitantes d’une molécule de glutamate sur ces récepteurs et d’une molécule de D-Sérine (acide aminé synthétisé et libéré par les cellules gliales) déclenchent le passage de l’influx nerveux d’un neurone à l’autre.

Pour étudier l’impact de l’environnement glial sur la transmission synaptique, les chercheurs ont utilisé une particularité anatomique liée à l’allaitement chez le rat. Au cours de cette période, la région de l’hypothalamus impliquée dans l’éjection de lait subit des remaniements anatomiques qui se caractérisent par une rétraction des cellules gliales enserrant les neurones.

Résultats : chez les animaux allaitants, cette rétractation entraîne une diminution du taux de D-sérine libéré dans la fente synaptique et une réduction du nombre de récepteurs NMDA activables lors de l’arrivée de l’influx nerveux.

Cette régulation de l’activité des récepteurs NMDA a des conséquences sur la transmission synaptique courante mais aussi sur la plasticité synaptique à long terme. Ainsi le nombre de récepteurs NMDA sollicités permet d’améliorer ou de freiner le passage de l’information entre deux neurones. En résumé, les cellules gliales libérant la D-sérine influencent à la hausse le nombre de récepteurs NMDA activables, et par conséquent favorisent ainsi la mise en place de modifications persistantes de la communication neuronale.

Une véritable avancée pour la recherche

Les chercheurs estiment que les cellules gliales participent activement aux processus de « mémoire synaptique » à la base de l’apprentissage et de la mémorisation dans le cerveau des mammifères. Ces travaux contribuent à l’émergence d’un nouveau concept : celui de la « synapse tripartie ». En effet, dans le schéma classique, on représente toujours une synapse avec l’élément présynaptique, d’où provient l’information, et l’élément postsynaptique, qui reçoit cette information. Aujourd’hui il faut ajouter un 3e élément, la cellule gliale, qui détecte et intègre le signal synaptique mais peut y répondre en libérant des substances actives que l’on appelle des « gliotransmetteurs » comme la D-sérine.

A l’avenir, l’équipe de Stéphane Oliet tentera de démontrer que ce processus s’applique à toutes les régions du cerveau comme les centres classiques de la mémoire : l’hippocampe, le cervelet ou le cortex cérébral. Si tel est le cas, notre vision actuelle de la communication cérébrale et de la mémoire serait complètement modifiée. Si la régulation par les cellules gliales est démontrée à plus grande échelle, de nouvelles perspectives sont envisageables. On sait en effet que le dysfonctionnement des récepteurs NMDA est impliqué dans de nombreuses maladies neuronales, comme la schizophrénie ou la maladie d’Alzheimer.

Inserm. Les neurones perdent le monopole de la communication cérébrale. Communiqué de presse du 18 mai 2006 (format PDF).

Autres articles associés à ce dossier

Les neurones perdent le monopole de la communication cérébrale

Institut national de la santé et de la recherche m

On entend peu parler des cellules gliales. Pourtant, elles sont jusqu’à 10 fois plus nombreuses que nos 100 milliards de neurones ! Jusqu’

Cerveau sur lie

Wilfrid Noël Raby

D'où vient ce don de voir, de concevoir autrement? Est-il possible que certains accidents de la nature favorisent ce don, sous le manteau de la diver

À lire également du même auteur

Les neurones perdent le monopole de la communication cérébrale
On entend peu parler des cellules gliales. Pourtant, elles sont jusqu’à 10 fois plus nombreus




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.