Les souris et le chat-huant

Jean De La Fontaine
Fin connaisseur de l'homme et de l'animal, de l'animal par l'homme et de l'homme par l'animal, La Fontaine ne pouvait que s'indigner devant la théorie cartésienne de l'animal-machine.
Il ne faut jamais dire aux gens:
Écoutez un bon mot, oyez une merveille.
Savez-vous si les écoutants
En feront une estime à la vôtre pareille?
Voici pourtant un cas qui peut être excepté:
Je le maintiens prodige, et tel que d'une fable
Il a l'air et les traits, encor que véritable.
On abattit un pin pour son antiquité,
Vieux Palais d'un hibou, triste et sombre retraite
De l'oiseau qu'Atropos prend pour son interprète.
Dans son tronc caverneux, et miné par le temps,
Logeaient, entre autres habitants,
Force Souris sans pieds, toutes rondes de graisse.
L'Oiseau les nourrissait parmi des tas de blé,
Et de son bec avait leur troupeau mutilé;
Cet Oiseau raisonnait, il faut qu'on le confesse.
En son temps aux Souris le compagnon chassa.
Les premières qu'il prit du logis échappées,
Pour y remédier, le drôle estropia
Tout ce qu'il prit ensuite. Et leurs jambes coupées
Firent qu'il les mangeait à sa commodité,
Aujourd'hui l'une, et demain l'autre.
Tout manger à la fois, l'impossibilité
S'y trouvait, joint aussi le soin de sa santé.
Sa prévoyance allait aussi loin que la nôtre:
Elle allait jusqu'à leur porter
Vivres et grains pour subsister.
Puis, qu'un Cartésien s'obstine
À traiter ce Hibou de monstre et de machine!
Quel ressort lui pouvait donner
Le conseil de tronquer un peuple mis en mue?
Si ce n'est pas là raisonner,
La raison m'est chose inconnue.
Voyez que d'arguments il fit:
Quand ce peuple est pris, il s'enfuit:
Donc il faut le croquer aussitôt qu'on le happe.
Tout: il est impossible. Et puis, pour le besoin
N'en dois-je pas garder? Donc il faut avoir soin
De le nourrir sans qu'il échappe.
Mais comment? Otons-lui les pieds. Or, trouvez-moi
Chose par les humains à sa fin mieux conduite.
Quel autre art de penser Aristote et sa suite
Enseignent-ils, par votre foi?

Autres articles associés à ce dossier

L’homme sans animaux

Pierre-Jean Dessertine

Nous, humains, avons toujours vécu dans la proximité des animaux. Aujourd’hui nous ne faisons plus très attention aux anima

Les technologies et la vie

Line Mc Murray

Ces animaux et cet être humain que nous connaissons si peu. « Pis encore, les anthopologues soutiennent que l’être humain a été domestiqué par

La grande peur

Josette Lanteigne

Faut-il craindre la maladie ou apprendre à vivre avec? Publié dans le magazine L'Agora, vol 8, no 3, juin-juillet 2001.

L'homme et l'animal

Thierry Gontier

Si l'animal est une machine, alors l'homme est-il lui-même autre chose? Ne peut-on pas réduire les actions du vivant à une simple mécanique comple

L'animal dans l'univers

Rina Lasnier

On a pris l'habitude de faire naître la vie de la matière inanimée. Voici la vision opposée: gravité des étoiles écartées du destin du sang, m

Attitudes devant l'animal

Jacques Dufresne

Certains indices, comme la puissance des organismes de défense des animaux, nous incitent à penser que le début du troisième millénaire sera marq

Animaux d'Amérique

François-René de Chateaubriand

Chateaubriand n'est pas Buffon. Si ses descriptions des animaux d'Amérique ne sont pas dignes de figurer dans les grands traités de zoologie, les l

Le plaisir de manger les animaux

Claude Gagnon

Ce texte tend à démontrer que la préoccupation pour le sort des animaux ne date pas d'hier, même si on hésite encore à considérer leur souffran

À lire également du même auteur

Le lion amoureux
À seize ans, Françoise-Marguerite de Sévigné, fille adorée de la Marquise de Sévigné, brillai

Le chien à qui on a coupé les oreilles
On a parfois de bonnes raisons de faire contre mauvaise fortune bon coeur.

L'Âne et le Chien
Quand l'âne fait l'âne.

Chose rare d'être ami
Dans le même esprit, Kant disait: «Seigneur, préservez-moi de mes amis; les ennemis, je m'en char




Nos suggestions