Les trois principes de Ross Hume Hall

Hélène Laberge
Ross Hume Hall, professeur de nutrition à l'université McMaster (du moins l'était-il, il y a quelques années) propose trois principes tout simples en apparence.

    Se fier aux ancêtres!

    Par ancêtre, Hall désigne l'être humain vu sous l'angle de l'évolution. Nos processus digestifs et métaboliques actuels sont le fruit d'une adaptation aux produits de la nature s'étalant sur 50 000 ans! "Bien que nous ne puissions pas en établir la preuve, écrit Hall, nous sommes enclins à croire que nos ancêtres de la préhistoire étaient des chasseurs-cueilleurs et qu'ils devaient probablement consommer crus les produits ainsi obtenus."

    Diversité

    De nombreux scientifiques sont d'avis qu'en raison de la complexité de l'organisme humain, nous devrions manger des nourritures variées pour nous procurer une ration suffisante de tous les éléments nutritifs connus et inconnus. Et Hall donne en exemple les Kalahari, qui consomment environ 80 espèces de plantes et plus de 50 espèces d'animaux!

    Dans l'impossibilité d'en consommer autant, n'y a-t-il pas lieu de croire qu'un nombre limité de légumes comme ceux d'un potager familial peuvent procurer les éléments nutritifs nécessaires?

    Respecter les cycles de la nature!

    Les Chinois, fait remarquer Hall, ont suivi instinctivement ce principe pendant quarante siècles et ils ont gouverné leur écosystème de façon à conserver la vitalité du sol nourricier. Question: ce respect survivra-t-il à l'agriculture intensive qu'ils se sont mis à pratiquer?

Autres articles associés à ce dossier

La table des dieux

Jacques Dufresne

Conférence prononcée à l'occasion du Colloque Manger Santé, tenu au Palais des Congrès de Montréal, le samedi 8 mars 2003.

À lire également du même auteur

Lettre de Noël à une amie française sur l'écrivain québécois Mario Pelletier
Lettre de Noël à une amie française, qui a connu le Québec. Sur un é

Vin
Extrait d'un article sur l'histoire de la nourriture cité ailleurs sur ce site.

L'art naïf ou les couleurs de la vie
« En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle &

Jean-Pierre Parra, médecin poète
Dans cet «état de veille permanent», qui devrait être la définition

«L'art presque perdu de ne rien faire» de Dany Laferrière. Commentaire d'Hélène Laberge
De la recherche du temps perdu à l’art presque perdu de ne rien faire, un abîme?




Nos suggestions