Culture et postmodernisme

Paul-Émile Roy
« Le processus médiatique n'est pas en lui-même une activité de culture. Un public éponge peut enregistrer beaucoup d'images, de messages visuels, cela n'a pas grand-chose à voir avec la culture si toute cette matière n'est pas assimilée, classée, soumise au regard de l'esprit. L'enregistrement de messages audio-visuels est en soi une opération d'ordre technique. Un disque fait très bien cela, et il peut répéter l'opération indéfiniment. La culture est autre chose.

Le postmodernisme, tel que présenté par [Yves] Boisvert, n'est pas la nouvelle forme de la culture, mais la négation même de la culture. Il implique une démission de l'homme devant le type de technologisme que nous connaissons. La culture a toujours été, en même temps qu'une expression de la société, la critique, la contestation, la mise en question de cette société. Il est de sa nature même d'affirmer que l'homme transcende le société. Dans la perspective postmoderniste, ce n'est pas le monde extérieur, la société, la technologie, la production qui sont en fonction de l'homme, mais l'homme qui est en fonction de tout ce qui est extérieur à lui. Cette approche comporte une part de résignation et même de capitulation. Elle comporte en réalité la négation même de la culture, alors que c'est seulement celle-ci qui peut rendre la postmodernité un peu plus humaine.

Il y a culture quand l'homme n'est plus partie dépendante de l'univers, mais créateur d'espace de conscience et de liberté, que ce soit à travers des moeurs, des représentations, des oeuvres d'art, des mythes ou des croyances. C'est ainsi que peu à peu l'homme de la préhistoire s'est construit un habitacle qui lui permettait de surmonter les déterminismes de la nature. Dans la postmodernité, il semble bien que la société menace de submerger l'homme. " La domination de la société sur l'individu, écrit Marcuse, est infiniment plus grande que jamais ". Et plus loin : " le processus mécanique dans l'univers technologique détruit ce que la liberté a de secret et d'intime " (1). Ce n'est pas là une nouvelle forme de culture, mais une menace à la culture. C'est justement le rôle de celle-ci de protéger l'homme de cette agression. »


Note

1. HERBERT MARCUSE, L'Homme unidimensionnel, traduit par Monique Witting, Paris, Éd. de Minuit, Coll. Points, 1968, pp. 18, 57.

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ